WECO WECO Ltd

Les énergies

Weco Weco fait partie du Groupe Terra-Nostra.
La vocation de Weco Weco est de contribuer à la mise en œuvre de solutions de développement durable dans le respect de la planète
et de proposer des solutions non-polluantes à l'augmentation constante en besoins énérgétiques.
Jean-Jacques ROBIN
Ceo WECO WECO.

djiouti

qui a toujours été considérée comme une zone désertique et sous-développée, pourrait offrir à son peuple un avenir radieux si elle devenait une des premières zones de production d’énergies renouvelables au monde.

Situation actuelle :

Électricté De Djibouti (EDD) produit, actuellement, la quasi-totalité de l'électricité Djiboutienne à l'aide de groupes électrogènes Diesel.
Afin de limiter les coûts de revient, le gasoil est, bien souvent, remplacé par du fuel lourd car, généralement, son prix est, d'environ, 50% de celui du Diesel.
De cette façon, EDD parvient à limiter la répercution des prix du pétrole sur l'éléctricité Djiboutienne.
Avec le prix actuel du pétrole, environ 40% du chiffre d’affaire de l’EDD est consacré à l’achat des produits pétroliers !
Lors d'une flambée du prix du baril de pétrole, EDD peut consacrer, pratiquement, la totalité de ses moyens financiers à l’achat du combustible pour la production d’électricité.

En plus du recours aux combustibles, Dijbouti, importe de l’hydroélectricité du voisin éthiopien afin de s’alimenter en électricité.
Selon le contrat signé entre EDD et EEPCO, la quantité d’électricité importée peut varier entre 180GWh et 300GWh par an.
Cependant, ce contrat ne prévoit pas la fourniture d’une capacité ferme.

Vu le récent développement des infrastructures urbaines, portuaires et hôtelières à Djibouti, le besoin éléctrique pourrait dépasser les 700GWh à l’horizon 2020.

Moyens alternatifs: les énergies renouvellables

Aujourd'hui, le Gouvernement Djiboutien compte réduire de 50% les coûts de production de l’électricité et devenir totalement indépendant.

Djibouti s’est engagé, lors de la COP21, le 14 Août 2018, à réduire de 40% ses émissions des gaz à e et de serre (GES) d’ici l’an 2030.
Pour cela, Djibouti a mis en place un Plan d'Action National.

Dans ce P.A.N., Djibouti réafirme également sa conviction dans le principe de responsabilité collective, en appelant surtout à la mobilisation de la communauté internationale.
Pour faire face à ce dé des temps modernes, la République de Djibouti s’est dotée d’une politique énergétique mettant en avant le développement des énergies renouvelables.
L’utilisation des énergies propres ou vertes constitue un triple avantage:
  1. La réduction de la facture de l’électricité pour les ménages pauvres,
  2. Le développement au niveau national des investissements privés dans les branches de l’industrie et des services,
  3. La réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).
Selon la vision du Président de la République, Djibouti ambitionne de devenir d’ici l’an 2020 l’un des pays pionniers à utiliser 100% d’énergie verte pour la production de l’électricité.

Le futur de Djibouti

Dotée d'équipements high-tech et de sources d’énergies totalement propres, protectrices de l’environnement, la République de Djibouti pourra avoir une autonomie totale en matière d’énergie, de quantité même largement supérieure à ses besoins actuels.

Les énergies disponnibles

Le principe:

L'énergie des océans peut s'exploiter via les courants marains:
Des turbines sont implantées sur une structure totalement immergée et fixée au fond marin.
Elles récupèrent l'énergie cinétique des courants sous-marins et la transforment en énergie électrique.
L'énergie marémotrice est prévisible et quantifiable à la seconde prés!

L'histoire:

L’une des premières utilisations de l’énergie des marées remonte à l’époque romaine, avec la construction de moulins à marées.
On en retrouve le long des côtes et des estuaires d’Europe dès le Moyen Age.
En France, le général de Gaulle a initié l’énergie propre.
La première usine marémotrice a été construite sur l’estuaire de la Rance, dans le nord-ouest de la Bretagne et mise en service en 1966.

Les plus gros porjets existants:

Russie: La centrale marémotrice de Penjina (87 000 MW dans le golfe éponyme), l’usine de Tougourskaya (3640 MW), toutes deux en Sibérie orientale, en mer d’Okhotsk, et l’usine de Mezenskaya (8 à 12 000 MW) dans la baie de Mezen en mer Blanche (nord-ouest de la Russie).
Grande-Bretagne Le Barrage sur l’estuaire de la Severn, entre l’Angleterre et le Pays- de-Galles.
Corée-du-Sud L’usine marémotrice de la baie de Garorim dans la baie éponyme, près de Seosan, dans le nord-ouest du pays.

Précisons que les hydroliennes sont préférables aux barrages comme celui de la Rance, en France.
L’hydrolienne étant respectueuse de l’environnement.

La solution Blue Shark Power:

Les turbines Blue Shark ont d’abord été conçues pour remplacer avantageusement les barrages et fournir de l’énergie avec un coût abordable.
L’équipe de Blue Shark Power a développé une nouvelle turbine, spécialement destinée aux grandes rivières et courants de marée.
La turbine brevetée a été développée depuis 2002 dans un projet de recherche réalisé en collaboration avec plusieurs scientifiques, universités et centres technologiques européens.
Les brevets ont cours dans le monde entier.

L’évolution du pilier Blue Shark
La turbine à eau à double axe horizontal Blue Shark Pillar est une machine hydrocinétique conçue pour produire de l’énergie propre exploitant des flux d’eau à mouvement lent, à savoir les courants de rivière, de marée ou d’eau, à basse profondeur.
Une nouvelle configuration est issue de l’évolution du Blue Shark Marine:
Toujours deux turbines contrarotatives installées sur un pilier fixé au fond du canal.
L’appareil est capable de récolter de l’énergie avec une puissance nominale de 30 à 700 KW en fonction du diamètre de la turbine et de la vitesse du courant d’eau sur un site choisi.
Le dispositif est situé entre la surface et le plancher inférieur, à la profondeur souhaitée, en s’adaptant à la direction du courant.
Blue Shark Pillar est un système de conversion d’énergie à courant d’eau utilisant deux hydro-turbines à axe horizontal montées sur le côté d’une structure submersible.
Un treuil est installé sur le dessus du pilier afin d’en contrôler la profondeur effective et de permettre une maintenance facile.
Deux générateurs asynchrones sont installés à bord et montés sur les puits des turbines à travers une boîte de vitesses.
Chaque générateur est commandé électriquement par des onduleurs, à la fois pour la connexion au réseau et pour atteindre des conditions de travail optimales à di érentes vitesses.
La connexion est établie par un câble passant le long du pilier et prolongé jusqu’au rivage.

Les turbines à 3 lames ont été développées et conçues pour atteindre un rendement élevé, dans de nombreuses situations, en utilisant une forme de section de profil hydrodynamique.
Un diffuseur est placé autour de chaque turbine et permet une amélioration du processus de conversion d’énergie, augmentant la masse qui s’écoule dans la zone balayée par la turbine.
Les lames et le di useur sont en fibre de carbone.

L’une des principales caractéristiques du système Blue Shark Pillar est sa capacité d’auto-orientation, indispensable lors de l’inversion du cycle des marées.

Principales caractéristiques:

  • Matériel économique,
  • Installation facile,
  • Entretien facile:
    • Electronique de puissance hors d'eau,
    • Systèmes de contrôle hors d'eau,
  • Faible impact sur l’environnement,
  • Maximisation de la production d'energie:
    • Alignement des turbines dans le flux,
    • Optimisation de la surface de lame en contact avec le flux,


Suite des textes à venir...